Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'amour... toujours l'amour !

Publié le 19 Juin 2008 par Marielle dans Coeur d'artichaut

Here’s a song for lovers
Who don’t care if they don’t sleep
If dragonflies with heavy hearts
Cut the air like darts

Here’s a song for lovers
Who won’t ever have to weep
Clear-sighted eyes and uncried tears
All bright out in the sun

You were far too young dear
To get so close to the clouds
No one told you to stay awake
For pleasures of that kind

You were far too small
To step far outside of your house
Now you saw how dragonflies
Tint their hearts with dark

Here’s a song for lovers
Who don’t care if they bleed

Ce joli poème que je n'ai malheurement pas écrit est tiré de l'excellent album du groupe The Do, the Mouthful.
Et avec la mélodie, c'est vraiment beau. D'ailleurs vous pouvez l'écouter ici : http://www.amouthful.fr/
Un peu de douceur dans ce monde de brutes...
Lire la suite

Fiche de lecture

Publié le 16 Juin 2008 par Marielle dans Ciné - Musique etc



Ah ça rappelle des souvenirs les fiches de lecture, ces fiches qu'on devait rendre au collège après avoir lu L'Assomoir ou les Précieuses Ridicules. J'aimais bien ça en fait, de nos jours j'imagine que les enfants n'ont plus qu'à taper le nom du bouquin sur internet et s'ils sont assez malins ils font deux trois fautes d'orthographe, et hop le boulot est fait.

Enfin moi j'ai toujours aimé lire, et ces derniers temps je me suis régalée en lisant Les Yeux Jaunes des Crocodiles et La Valse Lente des Tortues, de Katherine Pancol, qui sont des bouquins extraordinaires.

Ca ne raconte rien d'extraordinaire, c'est la vie, tout simplement, et tous les personnages sont décrits admirablement, la narratrice passe de l'un à l'autre comme si ce n'était plus la même personne qui écrivait. Chaque personnage a son style, son univers, sa gouaille ou sa préciosité. Un peu comme lorsqu'on lit "J'aimerais que quelqu'un m'attende quelque part "et qu'Anna Gavalda est tour à tour une multitude de personnages sans qu'on ait l'impression que c'est la même personne qui écrit.

Donc les deux romans de Katherine Pancol, qui sont ses deux derniers, racontent la vie d'une famille, et de son entourage, ça tourne surtout autour d'une femme, Joséphine qui forcément touche toutes les femmes indépendantes mais qui manquent de confiance en elles, qui veut aimer mais ne s'aime pas, qui veut faire plaisir à tout le monde et se fait bouffer. Oui c'est surtout elle qui me restera de ces histoires entremêlées, toutes en quêtes d'elles même, du sens de leur vie.

Essayez, vous m'en direz des nouvelles !
Lire la suite

Carrie Bradshaw et ses copines crèvent l'écran

Publié le 3 Juin 2008 par Marielle dans Ciné - Musique etc



En bonne fan de série, je me suis  pourtant intéressée assez tard au phénomène Sex & The City. Néanmoins  j'ai méthodiquement dévoré les saisons 1 à 6, en VO évidemment, pour éviter le côté mièvre des voix françaises qui ne soulignent que le côté pintade des héroïnes. Et puis les conversations sur l'orgasme féminin à la télé ça passe beaucoup mieux en anglais, je ne sais pas pourquoi.

J'ai donc découvert puis suivi assiduement les aventures de Miranda l'executive woman terre à terre, Charlotte la fleur bleue paradoxale (hyper nunuche mais qui a rendu célèbre le sex toy rabbit), de Samantha la nympho tendance trash qui ne veut pas vieillir, et biensûr de Carrie qui arrive à me faire passer moi pour une très faible consommatrice de chaussures, son addiction aux fringues et autres accessoires égalant sa frénésie à trouver l'Amour, le true love quoi.

C'est une série qui a eu je pense un rôle libérateur pour beaucoup de filles qui assumaient mal leur célibat et/ou leur goût pour les futilités, et qui met en avant l'amitié entre copines, qui est aussi forte que le True Love finallement (et je suis d'accord avec ça).

Je suis allée voir Sex & the City The Movie, sorti mercredi dernier, au 1er rang d'une salle archi comble dopée aux oestrogènes, et j'ai passé un très bon moment. Ce film clôture en beauté les aventures de nos quatre quarantenaires (et oui il était peut être mieux qu'elles arrêtent).

Le film a débuté par une ôde aux marques de Luxe, Carrie était devenue super cucu, ne révait que de mariage avec M. Big en robe Haute Couture tout en trouvant normal que le monde tourne autour d'elle ! je me suis dit que je m'étais fait piéger et qu'il n'allait rien se passer... et puis finallement la mayonnaise a pris, les conversations entre les filles ont repris comme autrefois, et on les a retrouvé comme on les avait laissées ! certaines scènes sont vraiment drôles et rien que pour voir Samantha nue et parsemée de sushis pour la Saint Valentin, ça vaut le détour ! Un bon film à voir entre copines, mais si on a jamais accroché avant, ça ne vaut peut être pas les 8 euros de la place de ciné.

cliquer ici pour lire un article paru sur Le Monde, qui soulève le côté marketing omniprésent dans cette production

Lire la suite