Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Parfois, la mode déconne

Publié le 27 Février 2009 par Maligreen dans Au jour le jour

Vu avec Noëlle dans une vitrine toulousaine, trônant au milieu de la nouvelle collection... j'ai nommé, les Bottes-tong !!!!




Bon week-end !

Lire la suite

D : It was written

Publié le 27 Février 2009 par Maligreen dans Ciné - Musique etc




Hier soir Sylvette (de passage à la ville) et moi étions parties pour aller voir Les Noces Rebelles, mais ça ne passait pas.

Nous sommes donc allées voir Slumdog Millionaire, et je ne regrette pas une seconde ce choix.

 

C'est un grand film ! le scénario est très original, l'histoire de ces enfants nés dans la misère de l'Inde, qui grandissent dans les bidonvilles de Mumbai (Bombay), est tout simplement fascinante.


Le fil conducteur est la participation du jeune Jamal Malik à l'émission "Who wants to be a millionaire", et on suit en flash-back l'enfance de ces enfants aux destinées extraordinaires, ballottés, exploités, débrouillards, parfois décidés, parfois résignés.

 

Danny Boyle n'avait pas fait un aussi bon film depuis Trainspotting, il a filmé l'Inde comme s'il était né là bas. Il ne manque plus que les odeurs pour s'y croire en vrai. Bon ça ne donne pas très envie d'y aller, c'est assez flippant, mais allez voir ce film, si possible en VO, vous ne le regretterez pas.

Un morceau de la B.O., sachant que l'album est en écoute sur Deezer, profitez-en ça risque de ne pas durer.

 

 

Lire la suite

Tout doit disparaître

Publié le 23 Février 2009 par Maligreen dans Au jour le jour

Quand je me suis mariée, au siècle dernier, j'étais une caricature de jeune femme qui voyait son rêve se réaliser : se lier pour la vie en robe blanche à un homme dont elle était follement amoureuse.

Des étoiles plein les yeux, une nouvelle vie à deux pour le meilleur et pour le pire, toute tracée, un chemin plein de bonheur, des alliances dans lesquelles étaient gravées AESD…

 

Presque 10 ans plus tard, je reçois par e-mail un acte notarié, dont le titre est LIQUIDATION.

 

Entre les deux, on s'est aimé, on a acheté un logement, on a fait deux enfants, puis on a fini un cycle, et on n'a pas réussi à en réamorcer un nouveau.

 

La jeune mariée aux boucles rousses a grandi, son prince charmant aussi.

Le rêve d'une vie à deux s'est transformé en compromis.

 

Moi, ce que je voulais, c'était une vie comme dans la chanson de Benabar, Quatre murs et un toit.
Et ce mot Liquidation, a mis un coup d'arrêt définitif à ce rêve là.


Ce n'est pas grave, je vais faire en sorte d'en avoir de nouveau, des rêves, et de les réaliser. Dès que j'aurai fini de faire le deuil de celui là...
 

Un terrain vague, de vagues clôtures, un couple divague sur la maison future. On s'endette pour trente ans, ce pavillon sera le notre, et celui de nos enfants corrige la femme enceinte. Les travaux sont finis, du moins le gros œuvre, ça sent le plâtre et l'enduit et la poussière toute neuve.

Le plâtre et l'enduit et la poussière toute neuve.

Des ampoules à nu pendent des murs, du plafond, le bébé est né, il joue dans le salon. On ajoute à l'étage une chambre de plus, un petit frère est prévu pour l'automne. Dans le jardin les arbres aussi grandissent, on pourra y faire un jour une cabane.

On pourra y faire un jour une cabane.

Les enfants ont poussé, ils sont trois maintenant, on remplit sans se douter le grenier doucement. Le grand habite le garage pour être indépendant, la cabane, c'est dommage, est à l'abandon. Monsieur rêverait de creuser une cave à vins, Madame préfèrerait une deuxième salle de bain.

Ca sera une deuxième salle de bain.

Les enfants vont et viennent chargés de linge sale, ça devient un hôtel la maison familiale. On a fait un bureau dans la p'tite pièce d'en haut, et des chambres d'amis, les enfants sont partis. Ils ont quitté le nid sans le savoir vraiment, petit à petit, vêtement par vêtement.

Petit à petit, vêtement par vêtement.

Ils habitent à Paris des apparts sans espace, alors qu'ici il y'a trop de place. On va poser tu sais des stores électriques, c'est un peu laid c'est vrai, mais c'est plus pratique. La maison somnole comme un chat fatigué, dans son ventre ronronne la machine à laver.

Dans son ventre ronronne la machine à laver.

Les petits enfants espérés apparaissent, dans le frigo, on remet des glaces. La cabane du jardin trouve une deuxième jeunesse, c'est le consulat que rouvrent les gosses. Le grenier sans bataille livre ses trésors, ses panoplies de cow-boys aux petits ambassadeurs, qui colonisent pour la dernière fois la modeste terre promise, quatre murs et un toit. Cette maison est en vente comme vous le savez, je suis, je me présente, agent immobilier. Je dois vous prévenir si vous voulez l'acheter, je préfère vous le dire cette maison est hantée. Ne souriez pas Monsieur, n'ayez crainte Madame, c'est hanté c'est vrai mais de gentils fantômes. De monstres et de dragons que les gamins savent voir, de pleurs et de bagarres, et de copieux quatre-heures, “finis tes devoirs", “il est trop lourd mon cartable", “laisse tranquille ton frère", “les enfants : à table !"

Lire la suite

Nos vies sont tout à fait fascinantes

Publié le 22 Février 2009 par Maligreen dans Ciné - Musique etc

J'avais découvert en surfant de blog en blog celui de Penelope Bagieu, dessinatrice brillante de 26 ans (...) qui raconte ses aventures de fille dans l'air du temps, comme nous, avec les mêmes préoccupations.

Hier je suis tombée sur son premier album, je l'ai feuilleté, j'ai souri, et en retournant le bouquin j'ai vu cette illustration :



Ca m'a décidé à l'acheter !! C'est pas aussi drôle que les dessins d'Hélène Bruller mais c'est très bien vu et bourré d'autodérision.

Les filles, à dispo pour le feuilleter au prochain apéro ;-)

Si vous n'arrivez pas à lire dans les bulles :
- J'ai envoyé un texto, et il répond pas. Je fais quoi ? ...
- Ah bah ça... vous êtes pas au bout de vos peines les filles...

Lire la suite

Hello Katy !

Publié le 22 Février 2009 par Maligreen dans Ciné - Musique etc

Revoilà notre amie Katy Perry, très forte inspiration musicale pour moi en 2008, qui non seulement reçoit un Brit'Awards, mais avec une tenue qui va faire palir d'envie des fashionistas de ma connaissance...

Lire la suite

Lundi Lose

Publié le 16 Février 2009 par Maligreen dans Au jour le jour

Après une nuit trop courte (bon ça j'assume, c'est de ma faute), je m'extirpe de mon lit, me prépare, réveille les louloux qui assurent et ne rechignent même pas à se lever.

On sort à peu près à l'heure, ouh ça caille, presque autant que dans le TDCDM. J'avais prévu une bouteille d'eau tiède pour éviter à avoir à gratter toutes les surfaces de ma trop grande voiture (quand il s'agit de gratter du givre, je regrette ma panda 1000 ! et/ou de ne pas faire 1,75m). Un coup d'œil au thermomètre de de ma citroën, ah oui, -5° quand même !


Regardez les enfants, maman va faire de la magie ! , j'arrose ma caisse de mon eau du robinet tiède, le givre disparaît, le pare-brise ne fissure pas (j'ai toujours en tête dans ces moments là les pubs crispantes et culpabilisantes "Carglass répare, Carglass remplace"), mais alors bonjour la plaque de glace instantanée ! Au travers de laquelle, une fois assise sur mon siège, je n'y vois goutte.

Je ressors, armée de ma raclette, et regrette aussitôt de ne pas avoir plutôt du givre à gratter. Parce que là je n'entame pas la glace…

Et ça dure…

 

Bon je dépose les enfants, je file au métro, tout va bien, j'ai ma musique dans les oreilles jusqu'au boulot.

Et là au bout d'une petite heure, dont une bonne partie à écouter les collègues parler foot en touillant mon café - bah oui pour une fois le TFC a gagné, dingue ! - plantage de l'ordi. Plus de souris !

Je n'ai pas pu bosser de la matinée. (hotline, reboot, password, hotline, reboot, trois petits points)

 

Et cet aprem, alors que ça remarche, les programmes intranet worldwide que je dois utiliser pour accomplir mes tâches sont à la ramasse. Trop de monde dessus en même temps ?

Loading... please wait… Ahhhh il est bien loin le temps des machines à écrire. Vive la Word Company !

 

Et pendant ce temps là ?

Je serais mieux chez moi, sur mon canapé rose, à faire la sieste…

 

Bon ben, je vais remplir ma feuille pour les prochains congés alors !

Lire la suite

Keske tu fé pr la st valent1 ?***

Publié le 10 Février 2009 par Marielle dans Au jour le jour

Dans L'Etrange Histoire de Benjamin Button, notre héros promet à sa belle de lui envoyer une carte postale de chaque endroit du monde où il pose un pied. Et il le fait ! Ce qui implique plusieurs actions : acheter une carte postale, donc avoir de la monnaie, acheter un timbre, avoir un stylo (que dis-je, un porte plume ET de l'encre) trouver une boîte aux lettres ! Et tout ça dans les années 40, sur fond de guerre mondiale.

 

50 ans plus tard, sur son lit de mort, Daisy a toujours dans une boîte un tas de cartes postales soigneusement enrubannées ayant traversé le temps, et l'écriture de son bien aimé, à jamais couchée sur le papier. (long soupir)

 

En 2009, un homme même amoureux intéressé a du mal à répondre à un texto de sa dulcinée, et s'il a assez de batterie et d'inspiration, il enchaîne des LOL, quand il ne répond pas 48 h plus tard : dsl, et pire parfois, mdr !!! Au mieux on peut obtenir un j'tdr bb. ARGH !*

 

Bienvenue dans la LOL Generation !

Le portable et msn ont-il achevé le romantisme, qui était déjà bien mal en point ? On a jamais été aussi facile à joindre que de nos jours, et pourtant on en passe du temps à attendre, à surveiller une bulle qui ne clignote jamais, une sonnerie de texto qui annonce au final… une pub de l'opérateur.**

 

Quelle extase pourtant de recevoir une vraie belle lettre, sans abréviations, sans faute d'orthographe. J'ai de la chance, on m'a déjà écrit de vraies lettres d'amour, et ce sont des mots que l'on oublie pas. J'espère qu'il y aura toujours des Cyrano en herbe pour en envoyer à ma fille dans une dizaine d'années, et puis je mise sur l'avenir, ce n'est pas pour rien que mon fils s'appelle Roméo…

 

Je vous laisse avec cette citation de Hank Moody, écrivain-chaud-la-braise MAIS qui sait parler aux femmes, dommage qu'il ne soit que le fruit de l'imagination d'une poignée de scénaristes.

 

"People... they don't write anymore, they blog. Instead of talking, they text, no punctuation, no grammar: LOL this and LMFAO (Laughing My Fucking Ass Off) that. You know, it just seems to me it's just a bunch of stupid people pseudo-communicating with a bunch of other stupid people at a proto-language that resembles more what cavemen used to speak than the King's English."


* pour les Ju... et autres Bolive qui me lisez, je le sais qu'il y a des exceptions ! -et heureusement-

** Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ne saurait être que fortuite

*** Je te kit 

Lire la suite

L'étrange histoire de Benjamin Button

Publié le 10 Février 2009 par Marielle dans Ciné - Musique etc


Quand j'ai vu la bande annonce,
les deux premières minutes j'ai pensé : "mais qu'est ce que c'est que cette histoire grotesque de bébé qui naît vieux et vit sa vie à l'envers ?"
Au bout de 3 minutes : "Ahhh mais ce vieux bébé se transforme en Brad Pitt... intéressant !!!"
A la fin : "David Fincher, le réalisateur qui a déjà fait tourner Brad dans Fight Club et Se7en ?... énorme !"

Et quelques semaines plus tard, quand j'ai appris que ce film était nommé 14 fois aux Oscar, j'ai compris que c'était incontournable, il fallait que je le voie.

J'ai donc poussé la porte du ciné hier soir avec trois de mes fidèles amies, munie d'un paquet de kleenex (finalement deux sur quatre en ont eu besoin), et nous avons passé 2h45 délicieuses, à suivre l'évolution de ce drôle de personnage qui rajeunit sous nos yeux, jusqu'à fatalement avoir 20 ans un jour et un corps de rêve à la Brad Pitt (ah oui c'est lui justement), à suivre son destin improbable qui m'a rappelé un peu Forrest Gump par la façon naïve et toujours pleine d'espoir dont Benjamin aborde les événements qui s'enchaînent et composent sa vie.

C'est un beau roman, une aventure merveilleuse, une histoire d'amour impossible et tellement belle... magnifique !

Lire la suite

Mon, ton, son égo

Publié le 8 Février 2009 par Marielle dans Au jour le jour

Hier soir, j’étais à une soirée poker chez un ami, et je ne connaissais qu’une poignée de personnes sur la quinzaine de participants. Ce n’est pas évident d’intégrer, même pour une soirée, un groupe d’amis qui se connaissent bien. Une fois passé le "et toi tu fais quoi dans la vie", et ma réponse comportant les mots cabinet d’audit étant apte à refroidir la curiosité du plus grand nombre, il faut "faire ses preuves".

Il m’est arrivé quelquefois de vexer des gens sans le vouloir, parce que dans les soirées, je suis de celles qui ne restent pas dans leur coin à observer. Fatalement je "l’ouvre", souvent mes bons mots font mouche, mais parfois je vexe, je suis désobligeante, et si j’en ai conscience, ce qui me dérange le plus au-delà du fait d’avoir fait de la peine à quelqu’un, c’est de réaliser que ces interlocuteurs se sont dits "non mais pour qui elle se prend cette conne ?". La peur d’être jugée, mal aimée, ça me terrorise. Personnellement, j’ai extrêmement besoin de mon entourage, j’aime me sentir valorisée, et pourtant je pense être quelqu’un de solide et d’indépendant.

Ce n’est pas facile d’avancer dans sa vie, de grandir, de tirer des leçons de ses erreurs, de façonner sa personnalité, de renvoyer une image aux autres, cohérente par rapport à ce que l’on a l’impression d’être vraiment.

Etre un homme ou une femme bien socialement, avec des potes, des vrais amis, une famille, des collègues de travail. Autant de personnes avec lesquelles on partage au quotidien, dans des buts différents. Le rapport à l’autre, c’est complexe. On veut plaire à son entourage, mais aussi qu’il nous apprécie pour nos vraies valeurs, qualités, qu’il soit sensible à notre humour, qu’il ne se vexe pas quand on a voulu faire une plaisanterie ou lancer une pique qui finalement est mal vécue. Le problème, c’est que quand on se sent en confiance, qu’on connaît bien ou qu’on croit tout connaître de la personne en face, on oublie de ménager sa susceptibilité. Et pourtant, la susceptibilité, ça nous connaît, à nous, les grandes gueules…

On veut bien faire, et parfois on se rate. On veut faire plaisir, faire rire, donner son avis, partager, apprendre des autres, et parfois, on fait du mal. Le tout c’est de ne pas vivre en égoïste, de reconnaître ses erreurs, et de s’excuser…

Au fait, j’ai perdu, au poker, mais je crois que je me suis plutôt attirée la sympathie de ces nouvelles connaissances, et ça c’est cool.

 

Lire la suite

Le bal des actrices

Publié le 6 Février 2009 par Marielle dans Ciné - Musique etc

Oui en ce moment pour moi c'est un peu la semaine du cinéma !


Hier soir, c'est attirée par une pléiade d'actrices joliment disposées à poil sur une affiche, je suis allée voir Le Bal des Actrices (quoi, c'est beau des femmes nues).
C'est un faux documentaire sur des actrices françaises que nous avons l'habitude de voir sur grand écran, dont nous nous faisons des idées quand à leur côté sympa, froid, autain par rapport à l'image qu'elles renvoient... et ici elles nous font voir des facettes de leurs personnalités. Elles jouent leur propre rôle, mais on ne saurait démêler le vrai du faux.

Au final, un film original et divertissant, assez surprenant et déroutant. On ne sait pas bien si Maïwenn Le Besco a voulu faire de la fiction réalité, mais on se laisse prendre, et ces actrices qui jouent en leur nom prouvent qu'elles ne se prennent pas au sérieux et sont touchantes. Un peu des femmes comme les autres quoi ! 

Lire la suite

Afficher plus d'articles