Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les derniers jours du monde

Publié le 23 Août 2009 par Maligreen dans Ciné - Musique etc

 '"C'est fou, comme les actes n'ont plus aucune conséquence"

Alors que la fin du monde est proche, un homme qui souffre d'un échec sentimental après être tombé amoureux un an plus tôt d'une femme mystérieuse qu'il ne parvient pas à posséder, se met en tête de la retrouver.
Il déambule donc dans un monde en plein chaos, en proie à des virus, des attaques nucléaires, des dérèglements climatiques... et essaie de mener à bien sa quête.

L'originalité du film c'est l'atmosphère qui entoure les personnages, rien n'est expliqué de manière claire, le fait que la fin du monde soit inéluctable et prochaine n'est qu'une "ambiance", un prétexte qui fait évoluer les personnages de façon différente.

Robinson, le personnage central, joué par le déroutant Mathieu Amalric, est juste un mec normal, qui suit ses instincts, est bouleversé en apercevant pour la première fois celle qui va devenir pour lui une obsession, il se faufile partout, se relève de toutes les situations et suit son chemin, il est captivant, et ce n'est pas pour autant un surhomme, au contraire, toutes les femmes qu'il croise sont sous son charme alors qu'il ne fait rien pour les séduire. Et c'est crédible, parce qu'il est vrai, entier, fait des conneries mais les assume, ce n'est pas l'homme parfait, mais c'est clairement un homme à aimer.

L'autre particularité du film c'est que les réalisateurs filment des personnages en proie au désir, le sexe est très présent, dans le scénario et à l'image, cela peut surprendre (surtout qu'on avait jamais vu Sergi Lopez comme ça !) mais ça reste très humain.

Les personnages féminins quant à eux ne sont pas en reste, Karin Viard, Catherine Frot et Omahyra Mota accompagnent, guident, attisent le désir de Robinson.

Pour moi c'est un film ambitieux mais pas décevant pour autant, assez délirant, drôle malgré son côté sombre, et puis c'est un road-movie franchouillard dont une bonne partie a été tournée à Toulouse, et c'est très réussi.




   
Lire la suite

Quand la mode assure

Publié le 20 Août 2009 par Maligreen dans Au jour le jour

C'est interpellée par cette campagne de pub vue dans tous les magazines féminins feuilletés cet été :



que j'ai eu envie de voir ces chaussures en vrai, car même dessinées... j'adore.

Le lien vers le site Bocage m'a fait découvrir des modèles, qui donneraient presque envie d'être en hiver !!





Lire la suite

Là-Haut... changez d'air !

Publié le 20 Août 2009 par Maligreen dans Ciné - Musique etc

En cette période de canicule, le ciné est un bon refuge qui permet de passer 2h au frais, quand en plus le film est bon, c'est tout benef !

Je suis donc allée avec les enfants et Noëlle voir le dernier Pixar, Là-Haut, encensé par la critique (même les Inrock ont aimé), avec la réputation de faire pleurer toute la salle lors de la projection au festival de Cannes 2009 au bout de 10 minutes seulement.

Et bien nous n'avons pas fait exception, puisque mon amie et moi étions larmoyantes et reniflantes peu de temps après le générique, et nous avons eu du mal à nous en remettre.
Les enfants par contre, n'ont pas été touchés par cette partie du film qui nous renvoie nous, adultes, à la question fondamentale : vais-je réussir ma vie, mourir sans avoir de regrets de ne pas avoir accompli les rêves que j'avais ?

L'histoire est celle d'un vieil homme dont la vie défile au tout début du film, de ses 6 ans à ses 78 ans, dans un enchaînement de scènes muettes d'une justesse et d'une émotion époustouflantes.

Et c'est donc à la fin de sa vie que  le vieux Carl décide d'honorer le rêve que sa femme défunte et lui avaient nourri sans pouvoir le réaliser.

S'en suit une aventure naïve, drôle, très drôle même parfois, où tout s'enchaîne parfaitement.
Je vous en ai déjà assez dit, n'hésitez pas, vous vous souviendrez longtemps de Carl et Ellie...

Lire la suite

Voyage dans le temps

Publié le 1 Août 2009 par Maligreen dans Au jour le jour

Mon filston ne sait pas vivre sans sa DS, et je passe mon temps à réglementer ses temps de jeux.
Pourtant à son âge, je ne valais pas mieux que lui, sauf que ma came à moi, c'était ça :





MON DOUBLE ECRAN DONKEY KONG !!! Et oui, déjà Nintendo...

Que mon papa m'avait offert fin CE2 parce que j'étais première de la classe,
et si je ne l'ai pas conservé, Juju, lui, l'a fait, et me l'a remis sous le nez hier soir, après l'avoir doté de piles...
Excellent !
Lire la suite